Ateliers collaboratifs urbains à Alger

Stimuler le dialogue technique sur les sujets de réhabilitation de tissus urbains anciens et de valorisation de patrimoine foncier ferroviaire et faire ainsi émerger de nouveaux projets urbains en Algérie.

La relance de l’identification de projets UPFI en Méditerranée conduite en Algérie de décembre 2016 à décembre 2017 a permis de faire émerger des sujets cruciaux pour le développement urbain du pays.
A l’issue de cette prospection pilotée par l’AFD et de la reprise du dialogue avec les autorités algériennes sur les sujets urbains, le Comité de pilotage d’UPFI a validé la réalisation, sur les fonds de l’Initiative, d’ateliers de travail collaboratifs à destination des contreparties algériennes sur les sujets de réhabilitation des tissus urbains anciens et de valorisation de patrimoine foncier ferroviaire.
L’initiative UPFI s’engage donc aux côtés du Ministère algérien de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, et du Ministère algérien des Travaux Publics et des Transports pour coconstruire les réflexions sur ces deux enjeux urbains.

Contexte du projet

L’identification de deux thématiques clés pour le développement urbain algérien

Dans le cadre de l’initiative UPFI, une seconde vague d’identification de projets urbains en Méditerranée est en cours de réalisation, par l’UGP UPFI et ses experts complémentaires. L’objectif de cette relance de la prospection est d’identifier des projets matures et répondant aux critères d’UPFI qui pourront bénéficier du soutien technique et financier de l’initiative.

C’est dans ce cadre qu’une mission de relance de l’identification a été réalisée sur l’Algérie et a donné lieu à la conduite de deux missions de terrain en avril 2017 et en décembre 2017. Ces missions ont permis de renouer le dialogue avec les autorités algériennes et considérer les perspectives possibles d’appui et de financement de projets ou d’aires de coopération technique sur l’urbain. La première mission d’avril 2017 a permis d’apprécier les orientations de développement urbain en Algérie et la volonté des pouvoirs publics d’intégrer de nouvelles préoccupations, notamment les enjeux de rénovation et de renouvellement urbains. La seconde visite de terrain de décembre 2017 a permis aux autorités algériennes d’exprimer leurs besoins en renforcement de capacité et en dialogue technique sur des sites pilotes à Alger que chaque ministère a proposés à l’AFD.

Cette relance de l’identification de projets urbains en Algérie s’est inscrite en phase avec la stratégie nationale pour le développement urbain. Le plan stratégique de développement du Grand Alger (2015-2035) consacre également une place importante aux questions de rénovation et de renouvellement urbains, notamment à travers les projets de réhabilitation (à Alger : Casbah, voûtes du quartier de la Pêcherie / à Oran : projets de réhabilitation du centre-ville colonial et des quartiers anciens, etc.) et de restructuration-revalorisation de grands secteurs urbains (à Alger : Hamma-Hussein Dey, etc.). De plus, la réhabilitation des tissus urbains anciens et la mise à niveau des quartiers dégradés est un axe important de la Politique gouvernementale en matière d’habitat, d’urbanisme et de la ville, et figure à ce titre en bonne place dans les documents stratégique de 2015 et le Plan d’action du Gouvernement 2015-2019 pour le logement.

 

Gare d’Agha (Alger), site pilote de l’atelier collaboratif sur la revalorisation du patrimoine foncier ferroviaire<br />©ID&S pour l’Agence française de développement

Gare d’Agha (Alger), site pilote de l’atelier collaboratif sur la revalorisation du patrimoine foncier ferroviaire
©ID&S pour l’Agence française de développement

 

Enfin les deux ateliers viennent répondre à l’attente des ministères de méthodes d’intégration des acteurs privés au financement et à la mise en œuvre des projets. En particulier sur le sujet de la valorisation du patrimoine foncier ferroviaire, le Ministère des Travaux Publics et des Transports cherche à attirer des investisseurs privés pour contribuer à la réalisation de pôles d’échanges mixés à des activités de bureau, de services et de commerces.

Le projet UPFI

Des ateliers collaboratifs pour préparer sur la base de sites pilotes des méthodes et stratégies d’intervention sur les tissus urbains anciens et sur du foncier urbain  ferroviaire à valoriser

C’est dans ce contexte que le Comité de pilotage d’UPFI, le Ministère algérien de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, le Ministère des Transports et leurs opérateurs respectifs se sont mis d’accord en décembre 2017 pour l’organisation de deux ateliers de travail collaboratifs sur la thématique du renouvellement des tissus urbains anciens et sur celle de la valorisation du patrimoine des infrastructures urbaines ferroviaires en Algérie.

Ces ateliers permettront ensuite de réaliser un suivi technique de ces deux thématiques auprès des ministères algériens, et opérateurs, concernés afin d’identifier de nouveaux projets, relatifs à ces deux thématiques, pouvant bénéficier d’une préparation technique et d’un financement au titre de l’UPFI. In fine, les deux ateliers visent à renforcer la coopération et le dialogue techniques entres les autorités et opérateurs algériens et leurs homologues européens sur ces deux thématiques urbaines et contribueront, peut-être, à poursuivre la structuration de projets concrets d’investissement (pôles d’échanges, quartiers en rénovation). .

Le premier atelier sur la valorisation des friches ferroviaires et la création de pôles d’échanges multimodaux s’est tenu à Alger fin avril 2018 et a notamment réuni les équipes du Ministère des Transports et ses opérateurs EMA (Entreprise du Métro d’Alger) et SNTF (Société Nationale des Transports Ferroviaires), des experts européens, des représentants de l’AFD.

Atelier collaboratif sur la revalorisation du patrimoine foncier ferroviaire, avril 2018 ©Pierre-Arnaud BARTHEL, Agence française de développement

Atelier collaboratif sur la revalorisation du patrimoine foncier ferroviaire, avril 2018
©Pierre-Arnaud BARTHEL, Agence française de développement

Un atelier collaboratif sur le renouvellement des tissus urbains existants

Les villes algériennes regorgent d’une diversité de patrimoines architecturales : des belles demeures de l’époque ottomane, des bâtiments remarquables datant de la période napoléonienne, des architectures typiques des années 1960 et 1970 ou encore des quartiers faubouriens et des cités d’habitat social. Ces ensembles urbains connaissent depuis quelques années des dégradations accélérées. Un tiers des bâtiments en Algérie serait dégradé. Les citadins risquent ainsi de perdre un patrimoine rare et un parc d’habitat précieux dans un pays qui tente de combler son déficit en logements depuis plusieurs décennies.

L’État algérien a décidé de lancer un programme de renouvellement des quartiers anciens pour y remédier : une première dans un pays qui s’est longtemps consacré, en matière d’habitat et d’urbanisme, à la production massive de logements principalement par de nouvelles extensions en périphérie. Un décret adopté en 2016 donne un premier cadre au programme.

L’atelier de renouvellement des tissus urbains existants s’inscrira notamment dans la continuité du décret exécutif n° 16-55 du 22 Rabie Ethani 1437 (1er février 2016) fixant les conditions et modalités d’intervention sur les tissus urbains anciens. Le Ministère algérien de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville est le chef de file de ce nouveau chantier opérationnel en Algérie et sera à ce titre le bénéficiaire principal de l’atelier collaboratif dédié au renouvellement des tissus urbains existants.

Tissus urbains anciens dans la commune de Hussein Dey, wilaya d’Alger
©ID&S, pour l’Agence française de développement

Pour accompagner le passage à l’opérationnel, l’AFD, dans le cadre de l’initiative UPFI, a organisé avec le ministère algérien de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville un atelier collaboratif de trois jours fin novembre 2018. Il a réuni les représentants des organismes algériens clés dans le renouvellement des tissus anciens : le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, l’Agence nationale de l’Urbanisme, les Services des Domaines, la Wilaya d’Alger, plusieurs Offices de Promotion et de Gestion Immobilière, la Caisse Nationale du Logement, l’Agence d’Amélioration et de Développement de l’Immobilier et du Logement, le Centre National d’Études et de Recherche Appliquée en Urbanisme, l’Organisme National de Contrôle Technique de la Construction, le Centre National d’Études et de Recherches Intégrées du Bâtiment et l’Agence Nationale pour la Promotion et la Rationalisation de l’Utilisation de l’Énergie. Les experts internationaux qui ont contribué à cet atelier étaient issus de l’Agence Nationale de la Rénovation Urbaine, la Ville de Paris, la Société Publique Locale d’Aménagement de la métropole européenne de Lille « La fabrique des quartiers » et du bureau d’études ID&S conseil. L’AFD, siège et agence, a représenté le comité de pilotage d’UPFI en participant à ces trois jours d’échanges et de réflexions.

L’Atelier s’est organisé autour d’échanges d’expériences entre opérationnels algériens et experts internationaux. Il s’est également traduit par un travail sur deux sites algérois, situés dans le secteur du Hamma – Hussein Dey, pouvant accueillir un premier projet pilote de renouvellement de tissus anciens. De cette façon, les principales questions ont été abordées : le périmètre des opérations de renouvellement urbain, la programmation, la constitution et articulation de la maîtrise d’ouvrage, les ingénieries à mobiliser (techniques, architecturales, urbanistiques, sociales, financières, etc.).

Ces trois jours de travail collaboratif ont permis de mettre en regard les modes de faire en France et les expériences algériennes en matière de renouvellement urbain. Ils ont confirmé des convergences d’approche : le renouvellement ne vise pas une simple sauvegarde, conservation du bâti ou sa mise à niveau technique. Il s’agit d’un véritable projet urbain proposant une vision future des quartiers et des périmètres ciblés. Le projet de renouvellement doit être un moteur de changement mettant en marche la transformation matérielle de l’habitat et des espaces publics, la dynamisation de la vie économique et sociale, la valorisation commerciale et culturelle ainsi qu’une amélioration notable et durable des conditions de vie des habitants.

Atelier collaboratif sur le renouvellement des tissus urbains anciens, novembre 2018
©ID&S, pour l’Agence française de développement

Indicateurs clés du projet

  • 2 ateliers de travail collaboratifs fondés sur le dialogue et la co-construction entre les équipes décisionnaires et techniques des ministères algériens bénéficiaires (et opérateurs respectifs) et des experts européens des deux thématiques
  • 4 sites pilotes identifiés à Alger sur lesquels sera fondée la réflexion collective des ateliers
  • Actualités du projet

    Projet

    Ateliers collaboratifs urbains à Alger

    Fin novembre 2018, le 2nd atelier collaboratif sur le renouvellement des tissus urbains dégradés a été conduit à Alger. Cet atelier d’échange d’expériences et de réflexion a réuni des opérationnels issus des organismes algériens clés dans le renouvellement des tissus anciens : le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, l’ANURB, les Services des Domaines, la Wilaya d’Alger, plusieurs OPGI, la CNL, l’AADL, le CNERU, le CTC, le CNERIB et l’APRUE. Les experts internationaux qui ont contribué à cet atelier étaient issus de l’ANRU, la Ville de Paris, la Société Publique Locale d’Aménagement de la métropole européenne de Lille « La fabrique des quartiers » et du bureau d’études ID&S conseil. L’AFD, siège et agence, a représenté le comité de pilotage d’UPFI en participant à ces trois jours d’atelier. Cet atelier collaboratif a permis aux participants de réfléchir aux problématiques et aux enjeux liés aux opérations de renouvellement urbain tels que le montage technique et la programmation des opérations, la constitution de la maîtrise d’ouvrage, le modèle financier de ce type d’opération ou encore les expertises à mobiliser.